I.M Claude Louzoun

claude-louzoun

Claude Louzoun nous a quitté, trop tôt, en février 2014.

Fondateur et infatigable animateur du CEDEP,  il en a été l’âme et le moteur.
Son engagement , son énergie , son verbe ont permis  et  catalysé les nombreuses rencontres suscitées par le CEDEP à travers séminaires , colloques, ouvrages collectifs, etc.

En cliquant sur le lien ci-dessus vous pourrez lire les hommages qui lui ont été rendus et qui témoignent de son aura et de son énergie militante.
Si vous souhaitez nous faire partager votre souvenir de Claude, envoyez-nous vos textes, nous les publierons sur le site.

Bruno Gravier

 

Claude avait un grand cœur
Son cœur l’a trahi.
Des méchantes bêtes
Tapies on n’a pas réussi à savoir où
s’y étaient logées
A deux reprises elles l’ont attaqué
Il a résisté
Elles ont gagné.

Claude psychiatre, psychanalyste, très engagé dans le service public depuis le début de sa carrière avait choisi de déployer son énergie pour que des personnes affectées de troubles psychiques aient accès à des soins de qualité, que l’on respecte leur humanité.

Claude avait des intuitions politiques souvent fulgurantes.

Je ne vais reprendre ici que quelques étapes d’un parcours long et intense.

En 1982, il co-anime l’association Le Cheval Bleu qui par le biais culturel tente d’influer sur les représentations négatives de la folie.

Dans les années 80 il est à la fondation, avec le Dr Amado, de l’association Accueils qui rassemblera les dispositifs novateurs d’accueil de la folie.

En 1989 il crée le CEDEP (ouverture à l’Europe des équipes qui réfléchissent au respect des droits des patients. Le CEDEP lui tenait particulièrement à cœur. Il en était le pivot. Jusqu’à ses dernières heures, il a discuté avec nos amis belges la mise en page de la plaquette pour le prochain séminaire prévu fin mai.

En 1991, de nouveau il est à l’initiative de l’association PROGRES qui met en réseau  des structures alternatives d’insertion de patients psychiatriques.

En 2011, après le discours sécuritaire de Sarkozy qui stigmatisait les patients psychiatriques en en faisant des fous dangereux, inlassable défenseur des droits de l’homme, il lance l’initiative « Mais c’est un homme » publié aussitôt dans le journal Le Monde. Qui inaugurera une résistance à cette dérive inquiétante.

Claude était d’une amitié indéfectible, faite de générosité, d’écoute, d’un souci protecteur de l’autre. C’était aussi un homme de conviction qui  n’hésitait pas à enfourcher son cheval de bataille et à ferrailler avec qui il rencontrait en chemin. Mais c’était toujours pour construire un monde meilleur, pour plus de justice, pour une meilleure considération des fous. Cette éthique rigoureuse, cette volonté d’une société plus juste, nous les partagions. Claude, nous continuerons.

Annick Kouba

http://olivierdouville.blogspot.ch/2014/02/hier-nous-apprenions-le-deces-de-notre.html

http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-pierre-martin/110214/claude-louzoun

http://www.uspsy.fr/IMG/pdf/hommage_a_claude_louzoun_par_j-p_martin.pdf

http://www.psycom.org/Actualites/Nouvelles-des-usagers/Advocacy-france-La-lettre-du-Megaphone-n-13

http://www.dailymotion.com/video/xg327i_forum-04-12-claude-louzoun-psychiatre_news