);

Séminaire 2023: UN MONDE QUI BASCULE

BRUXELLES, 10 ET 11 MARS 2023

ARGUMENT

Peu avant la pandémie, début 2020, nous préparions le XXXème séminaire du CEDEP pour poursuivre plus de trente années de rencontres, réflexions et élaborations, initiées par Claude Louzoun autour des questions centrales des droits des patients et réalisions les profonds bouleversements auxquels nous étions déjà confrontés. Le séminaire n’a pu se tenir. Cette journée se propose de reprendre le fil de nos échanges.

Lors de la création du CEDEP, de nombreuses législations se travaillaient en Europe et essayaient de donner suite aux élans désaliénistes, portées par un esprit militant et l’espoir que le monde irait en s’améliorant… Donner la parole et leur place aux usagers de la psychiatrie, analyser les rapports de pouvoir, et l’évolution de la psychiatrie vers la santé mentale (avec sa double face de déstigmatisation et de contrôle des comportements) ont constitué les axes forts du CEDEP.

Nous sommes face à « Un monde qui bascule », cette formule tente de résumer la question qui nous mobilisait en 2020 et nous impose de le faire maintenant en essayant de donner un nouveau souffle au CEDEP en reprenant nos rencontres. Comment continuer à penser notre engagement dans un monde qui explose de conflits, s’étouffe de l’expansion des totalitarismes, fait de l’exclusion le maître mot des politiques et se précipite dans l’effondrement climatique ?

Comment se construisent nos subjectivités, individuellement et collectivement, dans une Europe où les politiques sont libérales en économie et restrictives pour les libertés individuelles, et dans un monde où l’usage des Big Datas nous transforme tout en nous contraignant à réfléchir au changement des modèles en cours ? Nous vivons maintenant le passage d’un monde du probable à un monde gouverné par la prédictivité statistique.

Cette bascule peut donner le vertige, un sentiment de perte et de chute, mais elle peut aussi nous projeter vers des voies nouvelles, dont la cartographie reste à faire.

Cette journée propose d’y réfléchir, grâce à plusieurs interventions portant sur :

  • L’impact du conflit en Ukraine sur les droits, l’accueil et la vie des populations directement et indirectement concernées par cette guerre,
  • L’influence des usages du Big Data sur nos subjectivités,
  • Les évolutions du droit pénal, obnubilé par la métrique du risque et la stigmatisation pathologique de la dangerosité,
  • L’évolution de nos pratiques soignantes,
  • L’usager de la psychiatrie, entre redéfinition de son identité et nouvelles déclinaisons de l’exclusion.

L’article 2 des statuts du CEDEP lui donne pour objectifs :

  • La promotion d’une collaboration pour animer et développer les convergences critiques et créatives, au niveau européen, entre professionnels de la santé mentale, représentants des organisations de défense des droits civils et des intérêts des patients et des familles de malades mentaux, hommes de loi (magistrats, avocats, juristes, philosophes du droit), sociologues, chercheurs en sciences humaines et en santé mentale, administrateurs, élus nationaux et européens.
  • L’étude concertée des législations et des politiques de santé mentale en application en Europe
  • Le développement d’une réflexion, d’un débat, d’interventions et d’actions, au niveau européen, dans le champ de la santé mentale.

Les réalités que nous tenterons de cerner à travers cette journée nous conduiront -elles à adapter ces statuts ?

Bruno Gravier

PROGRAMME

Salle Adrienne Gommers, Louvain Learning Center,

Site de la Faculté de Médecine de l’Université Catholique de Louvain- Cliniques Universitaires Saint-Luc (Belgique), Av. Hippocrate 50

Woluwe Saint Lambert, métro Alma (depuis Bruxelles)

Chaque conférence dure 30 mn et est suivie de 30 mn de discussion

Vendredi 10 mars

18h30 Pot d’accueil

20h 00 Introduction, Bruno Gravier, Président du CEDEP, psychiatre, Yverdon, Suisse

20h15 Véronique Nahoum Grappe, anthropologue, Paris, France : « Temporalités en désordre : quand une guerre brouille les lignes »

Cet exposé voudrait tenter de décrire les spécificités et l’ampleur des bouleversements qu’a entraîné la première grande guerre du XXIe siècle en Europe déclenchée le 24 février 2022 par la Russie contre l’Ukraine. Décrire les spécificités du présent, du point de vue de l’ethnologie phénoménologique peut aider peut-être à mieux anticiper les lendemains.

Samedi 11 mars  

9h-11h Conférences introductives

Modération : Claire Gekiere, psychiatre Aix-les-Bains, France

Marc Hunyadi, philosophe, Louvain, Belgique « Le second âge de l’individu. Pour une nouvelle émancipation »

(Argument à venir)

Christian Laval, sociologue, Lyon, France « Souci écologique et santé mentale dans un monde troublé »

L’addition d’une pandémie sans fin, d’une guerre aux portes de l’Europe, la destruction des sols et des nappes phréatiques, la multiplication des méga-feux et des inondations, bref la dévastation de la beauté du monde et des cultures n’est pas assimilable à un effondrement total tel que la collapsologie l’annonce. Elle procède par à-coup dans des temps et des lieux localisés, atomisés, seulement lorsque les points de ruptures affectifs sont atteints et dépassés (gilets jaunes, insurrections diverses, racisme systémique, violences genrées). En dernier ressort, le topos énergétique qui fait tenir différents collectifs de lutte se construit avant tout radicalement dans nos forts intérieurs par l’expression de nos désalignements affectifs entre résignation, révolte, éco-colère et éco -anxiété. D’où l’actualité de la rencontre entre souci écologique et attention soutenue à la santé mentale de ceux, de plus en plus nombreux qui survivent et résistent au quotidien.

11h00-11h30 : Pause

11h30-12h30 Sciences et subjectivité, nul ne serait ignoré par la science

Discutants : Jean De Munck, philosophe et sociologue, Louvain,  Belgique (à confirmer), Paul Arteel, juriste Belge retraité, Perpignan

Dominique Deprins, statisticienne, Louvain, Belgique : « Big Data : quand l’affect est devenu l’outil pour prédire »

La trame du monde des data est une mise en données du monde. C’est un monde éminemment statistique au point que la statistique en devient la médiation obligée, instruisant un nouveau rapport au réel. L’objet du Big Data, c’est la donnée elle-même, valeur de la variable manipulée par les TI, que la multitude hyper-connectée génère, spontanément et à foison, pour sa vie économique, sociale et affective.

Le Big Data est une affaire de prédiction, propriété fondamentale du vivant ; il inaugure un nouveau paradigme prédictif. En recourant aux algorithmes auto-apprenants de l’IA, sa visée est le réel lui-même. Par ses prédictions, le Big Data est capable d’objectiver le désir en tant que voyage affectif singulier des hommes connectés de la multitude. Le monde statistique des données massives en devient un monde de différentiation et de singularisation qui seront traitées en tant que telles.

La statistique gouverne. Quels sont ces nouveaux agencements politiques par la donnée ? Il sera question de micropolitiques – politiques affectives – par les prédictions inédites du Big Data. La statistique est également un instrument de pouvoir. Comment cette volonté prédictive dessine-t-elle les contours d’un nouvel instrument de pouvoir, un « ontopouvoir » (B. Massumi), – un pouvoir affectif – qui se prolonge au-delà du biopouvoir (M. Foucault) ?

Ces nouvelles rationalités statistiques substituent-elles leurs propres sources de signification et de volonté à nos actions, nous désubjectivant ? Dans ce monde désormais très outillé d’un vaste réseau en extension continue de machines humaines et non-humaines interconnectées, on peut s’interroger sur le sort réservé à une santé mentale prédictive, « sans médecine, ni malade » (G. Deleuze)

12h30 13h30 Repas sur place

13h30 -14h30 Et si le droit disparaissait ?

Discutants : Bruno Gravier,

Ulrich Kobbé, psychologue, Lippstadt, Allemagne, « Qui danse avec la loi…. De dialectiques arbitraires, de prévoyances médico-légales »

La psychiatrie judiciaire allemande connaît un changement important par des décisions concernant les droits de malades délinquants (et/ou de délinquants malades). Ceci réclame une réflexion critique de l’esprit du temps (« zeitgeist ») médico-légal, voire, des vagues de la politique criminelle avec des questions concernant (1) le statut d’autodétermination du sujet de droit, (2) le stigma « psychopathe » resp. « personnalité dyssociale », (3) le destin du sujet avec une prévision défavorable, (4) la notion « dangereux » et l’importance du « risque ».

Questions à discourir : Est-ce qu’au nom de la liberté, on commet le pire ? Est-ce qu’ici la loi implique sa propre transgression ? Quelles sont les logiques des impératifs (quasiment sadiens) d’un droit comme droit libertaire de jouir ma déviance, ma maladie, mes caprices d’exactions ?

14h30-15h00 : pause

15h00-17h00 : Trouble dans la maladie mentale-illness trouble : identité ou stigmate ?

Discutants : Paul Arteel, juriste Belge retraité, Perpigan, Eric Messens, psychologue, Bruxelles, Belgique.

Gerald Deschietere, psychiatre, Bruxelles « Comment faire avec le temps dans nos pratiques soignantes »

(Argument à venir)

Rebecca Muller, présidente de l’association des patients bipolaires flamande (Ups&Down) et Cécile Histas, administratricede l’association de patients bipolaires francophone (Funambule). « Stigmatisation et identité, évolutions récentes, du point de vue du patient et des associations de patients ». 

(Argument à venir)

17h00-17h15 conclusions

Bruno Gravier : brève synthèse, perspectives pour le CEDEP.

*********

Comité d’organisation : Bruno Gravier, Claire Gekiere, Eric Messens, Gérald Deschietere, Dominique Deprins, Paul Arteel, Christian Laval, Véronique Nahoum-Grappe, Ulrich Kobbé.

I.M. Alain Chabert

Cher Amis,

Le CEDEP a l’infinie tristesse de vous faire part du décès de notre ami Alain, survenu hier après une longue maladie qui s’est brutalement aggravée ces dernière semaines….

Alain était un membre de la première heure du CEDEP, infatigable militant,  d’un engagement sans faille, notamment à l’Union Syndicale de la Psychiatre et dans bien d’autres lieux, pour une psychiatrie désaliéniste et à l’écoute de la souffrance psychique. Combattant toutes les exclusions et les injustices, il répondait toujours présent.

Il a participé activement  à la plupart de nos séminaires, toujours prêt à s’impliquer dans leur organisation et à mobiliser son carnet d’adresse pour nous faire partager ses expériences et ses rencontres.

Il va terriblement nous manquer.

Nous avions commencé, avec lui et un petit groupe d’amis persuadés que le CEDEP a encore de belles rencontres à vivre, à préparer activement, fin 2019 et début 2020,   un prochain séminaire à Bruxelles que nous avions intitulé de manière prémonitoire « un monde qui bascule… »…

Puis est venue la pandémie et la maladie d’Alain qui nous ont conduit à suspendre nos rencontres dans l’attente de jours meilleurs. Nous verrons comment continuer. Je sais qu’il l’aurait souhaité.

Passionné de montagne et d’escalade, il soutenait activement un village népalais où Claire et lui se rendaient chaque année pour faire des treks dont ils revenaient avec toujours les mêmes étoiles dans les yeux.

Brillant systémicien, il a pu écrire ces derniers mois un livre nous parlant de sa pratique et de sa réflexion et qui sera prochainement publié de même qu’il a pu publier dans l’urgence de la maladie un livre autour de sa passion du jazz.

Nous pensons bien à Claire et à la famille d’Alain.

il y a un site où l’on peut mettre des messages. Cliquez ici

Alain avait publié en octobre dernier un roman qui parle de Jazz  et de New York que vous pourrez trouver à l’adresse suivante

Le futur du CEDEP

Lors de l’ assemblée générale du 29 septembre 2019 à Montreuil la majorité personnes présentes (sans compter les contributions envoyées par mail avant la rencontre) a souhaité continuer l’aventure du CEDEP.

Vous trouverez ci-joint :

  • Les notes prises au cours de cette rencontre (PDF)
  • Un texte présentant le CEDEP, ses activités et les points marquants de certains séminaires (PDF)
  • Une compilation des contributions envoyées par les personnes qui n’ont pas pu assiter à notre rencontre (PDF)

Nous avons donc maintenu le principe d’une seconde rencontre à Bruxelles pour poursuivre la discussion. Nous avons aussi  retenu la date du

samedi 23  novembre 2019 de 11h à 17h

Cette rencontre se tiendra au siège de l’association Terres Rouges. Terres Rouges asbl, 49 avenue Albert, 1190 – Bruxelles

Accès : depuis la gare du Midi où arrive le Thalys, prendre le tramway sous-terrain ligne 3 ou 4 jusqu’à la station Albert qui est à 100 m

Si vous avez besoin d’hébergement , Dominique Deprins a pu obtenir des possibilités de chambres à tarif préférentiel (90 /100euros la nuitée) à l’hôtel Marivaux (Marivaux Hotel, Congress & Seminar Centre Brussels, Boulevard Adolphe Maxlaan, 98, B-1000 Brussels, Belgium). Si vous êtes intéressés merci de renvoyer le formulaire joint le 12/11 au plus tard afin de bénéficier des tarifs accordés à l’Université Saint Louis, à l’adresse suivante :  reservation@hotelmarivaux.be

Séminaire 2019 Turin

XXIXème Séminaire du CEDEP
XXIX Seminario del CEDEP

30 mai-2 juin 2019 TURIN
30 maggio-2 giugno 2019 TORINO

ETHIQUE, CLINIQUE ET POLITIQUE AU QUOTIDIEN : PRENDRE SOIN DE LA CITOYENNETÉ DE CHACUN

ETICA, CLINICA E POLITICA NEL QUOTIDIANO: PRENDERSI CURA DELLA CITTADINANZA DI CIASCUNO

Co-organisé par :    
Co-organizzato da:

ASSOCIATION EPISTEME  (TURIN)

Photo by Benny Jackson on Unsplash

Lieu du séminaire/Sede del Seminario : association Lombroso 16
Via Cesare Lombroso 16 – 10125 Torino (TO)

argument & programme – argomento & programmas

RGPD

Dans le cadre de l’application et de l’entrée en vigueur le 25 mai 2018 du Règlement général sur la protection des données de l’Union européenne (RGPD), le CEDEP tient à se mettre en conformité avec ce nouveau règlement.

Par conséquent, nous sommes tenus de vous demander de nous redonner votre accord pour enregistrer et stocker vos données ainsi que pour vous envoyer des invitations, newsletters, communiqués de presse, mises à jour, rapports et autres courriels dans l’avenir.

Politique de confidentialité du CEDEP

Vueillez accepter  de rester en communication avec le CEDEP en cochant la case « oui » ci-dessous

    Votre nom et prénom (obligatoire)